Est-ce la fin pour Benitez à Newcastle?

13e au classement les Magpies sont en train d’assurer leur place en Premier League. Derrière ce succès, un homme : Rafael Benitez. Malgré ce maintien, l’Espagnol risque de quitter le club en fin de saison.


Embed from Getty Images

« Je peux me battre si j’ai à me battre… Je suis prêt  ». Voilà ce que confiait Rafa Benitez il y a quelque jours au Daily Mail à propos de son futur. Une phrase pas vraiment anodine quand on connait son passé d’ancien champion de judo.

Se battre c’est une qualité indispensable dans le football. Si on la prend au sens noble bien sûr. C’est un peu ce qu’ont fait Newcastle et Benitez durant cette saison pour atteindre l’objectif de toute équipe habituée au ventre mou : se maintenir !

L’avenir de Rafa Benitez est encore flou. En effet, le contrat du coach espagnol prend fin cet été et la direction du club anglais s’active à trouver un remplaçant en cas de départ de Rafa. La réticence de l’Espagnol à s’engager immédiatement dans un nouvel accord a créé une certaine forme d’incertitude.

Cependant, comme l’explique Simon Bird qui suit Newcastle : « J’ai déjà couvert plus de 35 coaches, et je ne pense pas qu’il y en ait eu un aussi motivé et déterminé à battre un rival. C’est une vraie qualité d’avoir encore ce feu sacré à 58 ans. Il se nourrit de l’envie de vouloir gagner ».

Et l’intéressé ne semblait pas être mécontent d’être à Newcastle: « Je vais bien, j’aime la vie ici. Les fans m’encouragent, les gens respectent le travail que j’ai accompli et ils aiment le club. J’ai acquis une énorme expérience, je m’améliore de jour en jour parce que j’apprends toujours. »

S’il se plait à Newcastle, il n’a pas encore tranché et semble entretenir le flou autour de son avenir: « Tout le monde va se demander où j’irai la saison prochaine parce que je n’ai pas encore signé de prolongation. C’est le football actuel » expliquait-t-il avant le match face à Bournemouth.

Dans ce jeu de poker menteur difficile de connaitre l’issue et le joueur principal ne la connait dans doute pas lui-même.

La patte Benitez

Si Newcastle n’a pas toujours offert un jeu chatoyant. Il subsiste pourtant certains motifs de satisfaction.

Arrivé trop tard (mars 2016) pour éviter la relégation, et ce malgré une série de 6 matches sans défaite, il parvient à gagner le titre en Championship dès la saison suivante. Pour la saison de son retour en Premier League, il termine 10e et maintient Newcastle.

Jusqu’ici il s’agit de trois « très bonnes années avec un bel accomplissement » selon Benitez.

Sur le terrain, le Mirror indique que depuis son arrivée : « Il existe une vraie organisation, des entraînements poussés, une planification intelligente, il y a moins de blessures et il a renforcé l’esprit d’équipe. La présence même de Benitez a uni la base de supporters et fidélise les fans lors des périodes plus compliquée, comme lors du 1/30 au début de la saison ».

Des changements notés et notables. Le mérite de Benitez vient également de sa capacité à gérer l’effectif. Pour rappel, il avait perdu Townsend, Sissoko, Janmaat et Wijnaldum lors de la relégation. Ce qui ne l’a pas contraint à faire de vieux os en deuxième division.

Cette saison, il a pu s’appuyer sur des joueurs de qualité d’une part et des besogneux d’autre part.

Par exemple, la puissance de Salomon Rondon (9 buts) et la ruse d’Ayoze Pérez (6 buts) en font un duo très complémentaire. « Notre relation est bonne et je suis sûr que le fait de parler en espagnol entre-nous facilite les choses », explique le buteur vénézuélien Rondon. « C’est la même chose avec quelques-uns des autres gars de l’équipe, mais c’est comme si Ayoze et moi nous comprenions encore mieux sur le terrain. Nous savons comment l’autre va évoluer, où il va courir et quand il passera la balle. »

Rafa Benítez a amené cette cohésion entre les joueurs et a fait de Newcastle une des équipes les plus engagées et combatives du championnat.

Comme l’explique le Guardian : « Cette attitude positive a encore été démontrée lors de leur victoire face à Everton, puis renforcée samedi après avoir marqué un but dans le temps additionnel dans les deux mi-temps. Le premier est arrivé grâce à une contre-attaque lancée depuis le coin opposé, alors que de nombreuses autres équipes auraient été heureuses de simplement renvoyer le ballon. Au lieu de cela, Newcastle s’est battu pour remonter le terrain et a obtenu un coup franc que Salomón Rondón a placé en pleine lucarne. »

Embed from Getty Images

Comment faire pour le retenir ?

Du côté de la direction, les intentions sont assez claires : on ne veut pas perdre Benitez mais on s’y prépare quand même. Heureusement, cette incertitude n’empêche pas l’équipe de performer. Mais d’un autre côté, gagner renforce le capital de Benitez s’il veut prouver quelque chose à son futur employeur.

Le propriétaire du club, Mike Ashley, a été clair avec son coach: s’il signe un contrat, il aura son mot à dire sur le recrutement. Un manque de moyens sportif et le besoin d’étoffer l’effectif seraient les raisons principales d’un éventuel départ du Madrilène. Un signal fort avait déjà été donné cet hiver avec un transfert entrant record en la personne de Miguel Almiron.

« Mike (Ashley) est prêt à battre à nouveau le record de transferts du club si Rafa est prêt à s’engager sur le long terme du côté de St James Park », a même dévoilé un insider au Mirror.

Que será, será …

1 commentaire

  1. […] LIRE AUSSI | Est-ce la fin pour Benitez à Newcastle? […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.