Pourquoi l’élimination d’United est-elle normale ?

@ManU Twitter

En football tout est souvent question de temporalité et d’instant. La vérité d’un jour n’est jamais celle du lendemain et les idées préconçues sont, elles, plus tenaces. Autrement dit, au vu de la saison d’United, le parcours en C1 est assez satisfaisant.

Lorsque Mourinho s’en est allé, il a laissé le club à une 6e place synonyme de non-qualification européenne. La prise de relais de Solskjaer a ramené une frénésie et un enthousiasme jamais connu auparavant dans la saison. Le Norvégien a remis United sur la carte. Atteignant même la troisième place au classement au terme de la 26e journée de Premier League et que dire de la qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions face au PSG. Des moments de folie, qui ont ravi les supporters et même réveillé des émotions enfouies avec le départ de Ferguson.

Aujourd’hui United est éliminé de la Ligue des Champions et est à nouveau 6e en Premier League. Le feu de paille s’est éteint, mais c’est encore trop tôt pour parler de retour à la normale. Mais qu’est-ce-qu’une situation normale pour Manchester United ? Se battre pour accrocher des places européennes comme ces dernières saisons ou survoler le championnat en tant que grosses cylindrée anglaise ? Tout est une question de moment et de point de vue.

L’arbre qui a caché la forêt ?

Sans remettre en cause les qualités de coach d’OGS ni ce qu’il a pu insuffler à l’équipe et au club en si peu de temps, le supporter lambda ne peut pas se dire que l’élimination d’United face au Barça est une tragédie.

Premièrement, le parcours des Red Devils en C1 a été assez irrégulier avec quelques matches où les joueurs ont eu la main heureuse. Comme la victoire à la Juve et celle au PSG par exemple, qui, d’ailleurs, ont toutes deux été décisives.

Ensuite, plusieurs observateurs estiment que le jeu de ManU ne s’est pas nettement amélioré depuis l’arrivée de Solskjaer. Il aurait même stagné.

L’idée n’est pas de dire que Manchester ne doit son parcours européen qu’à la chance. Le match face au PSG va rester dans l’histoire et a émoustillé n’importe quel fan de foot. L’émotion a été totale et c’est bien pour cela que l’on regarde les soirées de Ligue des Champions. Il faut simplement relativiser. United revient de loin et n’est certainement pas guéri. Dans ce contexte, arriver en quart de finale d’une compétition comme la Ligue des Champions est une performance en soi. Une élimination à ce stade et surtout face à un adversaire comme le Barça, n’est pas honteuse.

Contrairement au PSG et à la Juve qui avaient fait de la C1 un objectif prioritaire, United n’avait rien à perdre.

La (re)construction va seulement commencer

Solskjaer a récupéré un United blessé et a pansé les plaies. Elles ne sont pas pour autant cicatrisées. Le club doit encore se battre pour accrocher une place européenne et est éliminé des différentes coupes. Si dans les têtes l’arrivée du Norvégien est un vrai coup de fouet, en termes arithmétiques, cela ne pourrait rien changer au moment du décompte final.

« Nous devons viser l’excellence du Barça. Nous avons beaucoup de travail à faire pour cela, nous allons reconstruire l’équipe, et évidemment recruter. Ce n’est qu’en retrouvant notre vrai niveau qu’on pourra lutter avec le Barça. Ils ont été supérieurs sur les deux matches, ils sont les favoris de la compétition. Maintenant, il faut se remettre la tête dans la Premier League car nous devons nous qualifier pour la prochaine C1 » a expliqué le manager des Red Devils.

Tout reste donc encore à gagner pour United.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.