Pour le coach allemand, cette confrontation face au plus grand des clubs teutons de tous les temps est forcément particulière. Klopp a souri grâce à Dortmund, mais aussi pleuré à cause du Bayern.


25 mai 2013, il est presque 22h et Wembley pense se diriger vers les prolongations dans cette finale de Ligue des Champions. Gündoğan a répondu à Mandžukic et les deux équipes ne peuvent se départager. Mais alors que le temps additionnel est sur le point d’être entamé, un Hollandais volant surgit et brise la défense de Dortmund. Robben offre une 5e Ligue des Champions à l’ogre bavarois à la 89e minute de jeu. Dortmund et Klopp sont battus.

Embed from Getty Images

« Il y a quelques années, nous avions trouvé un accord avec Jürgen Klopp, mais au final, nous avions engagé Jürgen Klinsmann ». C’est ce qu’a révélé Uli Hoeness, président du Bayern à Sky Sports. C’était en 2008, et Klopp allait quitter Mayence avant de finalement rejoindre le Borussia Dortmund. C’est le début d’une série de duels face au Bayern.

«Uli Hoeness doit autant s’en vouloir que les filles avec lesquelles je voulais sortir lorsque j’avais 17 ans et qui, à l’époque, m’avaient mis un râteau.»

Sur les éventuels regrets que pouvait avoir le président du Bayern Munich de ne pas l’avoir engagé en 2008.

Outre cette funeste soirée de mai 2013, Klopp s’est coltiné Die Roten durant sept saisons. Trois ans après son arrivée sur les bords de l’Emscher Klopp est champion. Le Bayern termine troisième. La saison suivante, Dortmund rafle le championnat et la Coupe au nez et à la barbe des Bavarois avec une finale remportée 5-2. Avec le BVB il bat également le Bayern en Supercoupe en 2008, 2013 et 2014.

Quatre ans plus tard, Kloppo retrouve donc son meilleur ennemi à l’occasion de ce huitième de finale. Dans une position quelque peu différente cette fois. En effet, à Dortmund il avait souvent un rôle d’outsider quand il affrontait l’ogre bavarois. Aujourd’hui à la tête de ce Liverpool là, face à ce Bayern là, les rôles se sont quelque peu inversé.

«En ce moment, le Bayern fait comme les Chinois dans le monde des affaires. Ils regardent ce qui se fait ailleurs, le copient, mais en mettant plus d’argent.»

Après la finale de la Coupe d’Allemagne 2014 remportée par le Bayern, Klopp a le sentiment que son adversaire a déployé une tactique préalablement utilisée par son équipe.

Embed from Getty Images

« J’espère que Dortmund sera champion »

Lors de la conférence en marge du match face au Bayern, il a évoqué avec un regard plus posé cette « relation » qu’il a eu avec le club bavarois. « Il n’y a jamais rien eu de personnel avec le Bayern, mais quand nous nous sommes affrontés et qu’ils ont acheté nos joueurs, comment puis-je être heureux et dire: «Super, bonne idée, je l’amène avec ma voiture!»? C’était difficile à avaler pour nous à Dortmund, mais cela fait partie du jeu. L’eau a coulé sous les ponts depuis et je n’ai jamais pu, dans ma vie, être en colère durant une longue période. Mais dans ces moments, je n’étais pas heureux, je l’ai probablement dit et probablement que tout le monde a pu voir que je n’étais pas heureux. C’est un grand club, nous le savons tous. La compétition entre nous était rude quand j’étais en Allemagne, c’est certain. J’espère que Borussia Dortmund sera champion, bien sûr, mais c’est à peu près tout. »

« C’est un match difficile contre une très bonne équipe, très expérimentée, mais nous sommes aussi une bonne équipe, nous devrons le montrer. L’ambiance va être incroyable mardi soir, notre public sera prêt à nous pousser à 140% » a conclu le coach allemand. L’homme a muri et les propos sont plus tempérés. Si cela n’a jamais été le grand amour, on ne peut pour autant pas parler de véritable haine entre le coach et le club. S’il s’est parfois comporté comme un chien enragé sur le terrain, il s’est limité à quelques traits d’esprits en conférence de presse pour faire passer la pilule.  

Comme ses déclarations à l’issue de la finale de C1 perdue face au Bayern : «La seule chose que je peux dire, c’est que c’était super. Nous sommes à Londres, dans la ville des JO. La météo était bonne, tout était parfait. Il n’y a que le résultat qui soit merdique.»

Klopp face au Bayern (Mayence, 2001–08 et Dortmund 2008–15) : 9 victoires, 4 nuls, 10 défaites.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.