Priorité au championnat pour Liverpool ou bataille sur deux fronts ?

Un dilemme qui s’est présenté face à de nombreux clubs, championnat ou Europe. Liverpool a une chance unique de remporter la Premier League quasiment trente années après son dernier titre. Une occasion qui mérite toute l’attention et et l’énergie des joueurs. À moins que.

En football il est rare de se réjouir après une élimination. Pourtant, au soir du 7 janvier, l’élimination au 3e tour de la FA Cup n’a pas provoqué de raz-de-marée à Anfield. Il faut dire que l’équipe alignée parlait d’elle même. Les Reds n’étaient pas contre un allégement de calendrier, vu les échéances à venir.

LIRE AUSSI | La revanche de Klopp

Un grand s’en ira

On a beau avoir toutes les bonnes raisons du monde, il ne serait pas tout professionnel de laisser filer une compétition telle que la Ligue des Champions. Surtout quand on s’appelle Liverpool et que l’on est finaliste en titre. Et qu’on affronte le Bayern de Munich.

Une situation paradoxale vu l’affiche proposée dès les 1/8e. Deux ogres européens vont en découdre et l’un d’entre eux devra déjà tourner le dos à la coupe aux grandes oreilles.

Les deux équipes ont chacune remporté le trophée à cinq reprises. Les Reds l’ont brandi pour la dernière fois en 2005 et en 2013 pour le Bayern. Mais les Bavarois se sont arrêtés au stade des quarts de finale ces cinq dernières saisons.

Liverpool s’est fait un peu peur dans ce groupe C. La qualification s’est jouée lors de la dernière journée. Les Reds ont perdu tous leur matches à l’extérieur.
Le Bayern a connu un parcours plus tranquille dans le groupe E, pourtant relevé. Les Bavarois sont invaincus.

Avec quel état d’esprit ?

Pour préparer ce match, Liverpool a pu compter sur une période de 10 jours sans matches vu l’élimination en FA Cup. L’occasion de partir en stage à Marbella afin de recharger les batteries et de préparer au mieux cette rencontre européenne. Liverpool sait que la différence doit se faire à Anfield. Car le calendrier jusque le match retour est dense avec en 7 jours à peine, un match à Manchester United, contre Watford et à Everton.

Dans la tête de Klopp c’est sans doute limpide. Le titre est une priorité mais la Champions League doit se jouer à fond. Tout miser sur le championnat ne serait pas un bon pari vu la capacité de Liverpool à gérer la pression.

Sans la muraille hollandaise, mais avec du poids devant

L’absent de marque du côté de Liverpool s’appelle Virgil Van Dijk. Une indisponibilité qui va fragiliser la défense vu la solidité et l’efficacité défensive du Batave. Sans compter sur les blessures de Lovren (un retour de denière minute est possible) et Gomez qui compliquent encore un peu plus la tâche de Klopp au moment de composer sa défense. Liverpool devrait donc aligner une défense centrale composée de Matip et Fabinho. Le Brésilien qui commence à faire son trou dans le milieu devrait donc dépanner dans l’axe de la défense. Le manager de Liverpool a été plutôt évasif en conférence de presse à ce propos:« s’il joue à ce poste, la tâche s’annonce compliqué ».

Si la défense pose question, l’attaque est bien au complet, même si un doute persiste avec Firmino qui ne s’est pas entrainé lundi soir. Après une période de mini doute (deux nuls en championnat), Liverpool a renoué avec la victoire et les buts en s’imposant 3-0 contre Bournemouth. Une façon de régler la mire et de réveiller les buteurs avant le match face au Bayern.

L’homme à suivre

Xherdan Shaqiri a connu plusieurs vies. Vainqueur de la C1 en 2013 avec le Bayern il a aussi joué l’Inter et à Stoke City. Le Suisse connait bien le Bayern, il y a joué de juillet 2012 à janvier 2015, inscrivant 11 buts en 52 matches de Bundesliga. Arrivé cet été à Anfield dans la peau d’un supersub, il s’est petit à petit mué en titulaire. Avec 6 buts et 2 assists, il est aussi un des joueurs les plus décisifs de Liverpool. Reste à voir s’il sera remis pour ce grand rendez-vous.

L'homme à suivre

Pas le plus grand des Bayern

Il faut bien avouer qu’une affiche similaire, il y a deux ou trois saisons aurait sans doute été perçue différemment. En effet, la saison du Bayern n’est pas au niveau de ses standards habituels. Deuxième en Bundesliga (15 victoires, 3 nuls, 4 défaites), le Bayern a soufflé le chaud et le froid jusqu’ici. Arrivée cette saison en provenance de Francfort, le coach croate Niko Kovač n’a pas toujours fait l’unanimité et a été critiqué à de nombreuses reprises.

L’homme à suivre

Robert Lewandowski est l’actuel meilleur buteur (8) en Champions League et devra donc être surveillé de près. « Chaque fois que je vois Jürgen, nous trouvons un peu de temps pour échanger. Il fut l’entraîneur qui m’a énormément fait progresser et il a fait avancer ma carrière », a déclaré le buteur polonais à l’UEFA en préface de ce huitième. En Bundesliga, il a marqué à 13 reprises et a donné 7 passes décisives.

L'homme à suivre

Un Bayern inconstant, mais aussi diminué. Robben et Tolisso sont blessés, Müller est suspendu, Boateng est malade et Ribéry n’est arrivé que lundi soir après avoir accueilli son 5e enfant dimanche soir. Touché à la cheville ce week-end, Coman est incertain.

 « L’ambiance va évidemment jouer un rôle mais mes joueurs ont l’habitude des grands matches. Je pense quand même que nous avons tiré l’adversaire le plus dangereux. Liverpool est une grande équipe mais nous aussi. Nous aurons beaucoup de respect pour eux mais l’objectif sera de nous qualifier. Jouer à 100% ne suffira pas demain, si Liverpool est à 140% (comme l’a indiqué Klopp), nous devrons être à 150%. Ce sera une vraie bataille, je n’imagine pas ce match se terminer sur un 0-0″, a expliqué le coach du Bayern Niko Kovač. 

Liverpool aurait tord de laisser filer une chance de passer en quart de finale sous prétexte d’alléger un calendrier. Ils en sont sans doute les premiers conscients et c’est pour cela que ce Liverpool – Bayern sera haut en couleurs.

Embed from Getty Images

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.